Sujet n°128 : L'émigration clandestine

La politique sécuritaire vous paraît-elle un moyen efficace pour combattre l'émigration clandestine ?

L'émigration clandestine des ressortissants des pays pauvres vers les pays riches a pris une ampleur sans égal cette dernière décennie. Devant les flots massifs des émigrants, l'Europe et les pays de transit verrouillent leurs portes et renforcent les mesures de contrôle des frontières. Mais est-ce que cette politique sécuritaire endiguera le flot des émigrés clandestins ?
En fait le mot qu'il faut utiliser pour parler de ce phénomène migratoire ce n'est pas « émigration >> mais « exode », vu le nombre considérable de ceux qui tentent de traverser le détroit pour rejoindre l'Eldorado européen. Chaque année, chaque mois, chaque jour le nombre des candidats à l'émigration clandestine s'accroît. Devant cette vague deterlama, les pays de l'Europe qui constituent la terre promise de tous les laissés-pour-compte de l'Afrique adoptent une politique sécuritaire et exercent des pressions sur les pays de

passage pour les clandestins ou ceux d'origine, tel le Maroc, pour qu'ils recourent aux méthodes fortes afin d'enrayer le flux migratoire. Ainsi, l'Union Européenne a financé l'installation de caméras pour surveiller les côtes espagnoles et italiennes ; elle a même ceint de fils barbelés les deux présides marocains toujours occupés par l'Espagne, à savoir Sebta et Melilia ; outre qu'elle a armé jusqu'aux dents les soldats qui passent au peignie fin les eaux de la méditerranée grâce aux patrouilleurs équipés de matériels ultrasophistiqués ou les hélicoptères de l'armée. Mais est-ce que cette armada mettra fin aux vagues incessantes des candidats à l'émigration clandestine ?
Chaque jour les chaînes de télévision diffusent les images de barques de fortune pleines à craquer des désespérés de l'Afrique subsaharienne et du Maghreb. Bien que les cadavres de beaucoup de candidats échouent sur les rochers de l'Europe ou finissent dans les profondeurs abyssales du bassin méditerranéen, des milliers de nouveaux arrivants s'embarquent à bord de pateras et ne reculent pas devant les dangers avec l'espoir d'atteindre l'autre rive. Des centaines réussissent même à fouler le sol européen. Il n'en demeure pas moins vrai que plusieurs barques et autres canots sont régulièrement interceptés au large de la mer, mais le nombre des émigrés clandestins ne cesse d'augmenter. C'est dire que la politique sécuritaire ne suffit pas pour combattre ce phénomène. D'autant plus que des organisations des droits de l'homme critiquent avec véhémence les violations qui entachent ces opérations policières.
Le moyen le plus sûr d'endiguer les vagues d'émigrants serait de neutraliser les facteurs qui contraignent ces derniers à quitter parents, enfants et pays pour risquer leur vie dans les enfers du désert et les gouffres de la mer. En effet les causes de l'émigration clandestine sont principalement économiques et politiques. L'Afrique est meurtrie par des guerres qui ruinent les pays et empêchent tout décollage économique. Les richesses naturelles du continent sont exploitées par les pays industrialisés de mèche avec les juntes militaires locales qui maintiennent les populations dans un état de sousdéveloppement total. C'est l'Europe est en grande partie responsable du marasme dans lequel se débat le continent noir. Aussi est-il de son devoir d'æuvrer pour l'instauration de la démocratie et le développement économique. C'est l'unique voie de sédentariser les jeunes et de les dissuader de tenter l'émigration.
Pour conclure, on peut dire que la politique sécuritaire mise en place par les pays européens s'est déjà essoufflée. La preuve en est que le nombre des candidats à l'émigration clandestine s'accroît chaque jour. Pour venir à bout de ce problème, l'Europe doit plutôt investir l'argent qu'elle dépense pour armer ses soldats et les équiper en moyens logistiques onéreux, dans le développement des pays africains « exportateurs d'émigrés ».

مواضيع دات صلة

تحميل تعليقات

تعليقات

ما رأيك بالموضوع الذي قرأته للتو